6.png
Fédération Française des Apiculteurs Professionnels

Solidarité avec les apiculteurs pyrénéens

Envoyer Imprimer PDF

 

Solidarité avec les apiculteurs pyrénéens

Appel aux dons !

 

L'hiver dernier nos collègues du Sud Ouest ont assisté impuissants à une hécatombe dans leurs ruchers. Dans les départements des Hautes Pyrénées, Pyrénées Orientales, Haute Garonne et Ariège, les ruches installées dans les zones d’élevage se sont vues mourir à petit feu !

Aujourd’hui le constat est macabre, plus de 5 000 colonies sont mortes sans que la cause ne soit encore « officiellement » identifiée. Le sera-t-elle jamais ?

Combien d’entre vous ont perdu des ruches par intoxication sans que jamais l’Etat ne prenne ses responsabilités et ne reconnaisse le ou les coupables ? Et nous laissant seuls et démunis face à l’insurmontable remise à niveau de notre cheptel, quand tant de ruches sont perdues ou très affaiblies.

Sans moyens de production, incapables de produire du miel, nos collègues se retrouvent anéantis et dans l’impossibilité de vivre de leur métier.

 

En fin d’hiver les représentants de l’état, comme « Monsieur abeille » Gerster et le Sénateur Fauconnier sont venus en Ariège rencontrer nos collègues touchés par cette hécatombe, ont promis aides et enquêtes sur le terrain pour identifier les causes de cette catastrophe.

Ce n’est que début juillet que des propositions d’aides dérisoires sont parvenues aux apiculteurs ; en aucune manière elles ne les aideront à se relever de cette situation catastrophique.

Devant ce déni de l’Etat, de son inaction et de ses mensonges, la FFAP a fait la proposition de venir en aide aux collègues du Sud Ouest.

La FFAP a donc décidé de proposer une action syndicale de solidarité : organiser une collecte d’essaims puis une transhumance de soutien que nous devrons largement médiatiser, afin de sensibiliser nos concitoyens et nos élus.

Il s'agira de montrer qu'en dépit d'un contexte très difficile, les apiculteurs ne baissent pas les bras et qu'ils ne cesseront de dénoncer les carences et l'aveuglement de l'Etat.

C’est dans ces modes d’actions que la FFAP s’est créée, un syndicat solidaire, afin qu’ensemble nous puissions faire changer les choses.

 

Nous savons bien que cette saison, comme les dernières ,sont dures à vivre pour tout le monde, mais nous en appelons à votre solidarité et générosité.

Faites nous votre promesse de don ! Chacun doit faire en fonction de ce qu’il veut et de ce qu’il peut. Chaque promesse compte et chaque essaim aussi. Ne laissons pas nos collègues disparaître dans l'anonymat . Dénonçons l’abandon de l’Etat !

 

Dans un 1er temps, nous avons besoin de savoir sur combien d’essaims (colonies prêtes à hiverner) nous pourrons compter au sein de notre syndicat.

Ensuite, suivant les réseaux de chacun, nous pourrons élargir l'appel à tous les apiculteurs se sentant concernés ou autres.

Nous organiserons la transhumance de ces essaims vers le Sud Ouest début de printemps 2015.

A l'arrivée, suivant le nombre de colonies collectées, 2 options possibles : distribution directe à des apiculteurs parmi les plus touchés, ou création d'un rucher collectif qui ferait fonction de « banque à essaims » ; à discuter et organiser avec les collectifs d'apiculteurs locaux.

 

Nous en avons plus qu’assez de ces gouvernements successifs qui soutiennent et imposent des pratiques agricoles qui déciment nos ruchers !

Prenons-nous en main et ne nous laissons pas abattre!

 

Merci pour eux et pour l’abeille.

 

Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 

Dernières infos :

Lors d'une conférence de presse organisée le 7 août, le collectif des apiculteurs des Pyrénées Orientales a présenté les résultats d'analyses d'une vingtaine de prélèvements effectués dans les ruchers de leur département (1300 ruches mortes déclarées).

Ces analyses réalisées par le CNRS de Lyon ont révélé la présence de pesticides dans 81 % des échantillons. (liste des molécules trouvées en pièce jointe)

A noter, la présence de triphénylphosphate, molécule « adjuvante » utilisée pour permettre la libération lente des produits de traitement anti-parasitaire (= marqueur de l'utilisation de ce type de produit)

Pour les chercheurs du CNRS, les mortalités d'abeilles sont très probablement dues à l'usage de pesticides ; et plus précisément, d'après M. E. Colin, présent à la conférence de presse, ces résultats laissent penser que la cause des mortalités pourrait être la désinsectisation des bâtiments d'élevage et le déparasitage des troupeaux.

 

 

Présentation de la ffap

Envoyer Imprimer PDF

 

Fédération Française des Apiculteurs Professionnels

 

Très engagés pour la défense et la reconnaissance de leur profession dans leur territoire respectif, les adhérents de trois syndicats d’apiculteurs professionnels régionaux souffrant d’être ni entendus, ni représentés au niveau national, ont décidé de réagir.

Ainsi, le SAPRA (Syndicat des Apiculteurs Professionnels de Rhône-Alpes),  le SAPCO (Syndicat des Apiculteurs Professionnels du Centre Ouest ) et le SAPB (Syndicat des Apiculteurs Professionnels de Bretagne) ont décidé de mutualiser leurs compétences et leur grande expérience de terrain pour construire une structure nationale qui soit effectivement représentative de leur profession.

Ce syndicat est ouvert à tout apiculteur professionnel, qu’il soit ou non syndiqué localement.


 

La vocation première de cette Fédération est de contribuer à la reconnaissance et à la pérennité du métier d’apiculteur comme à la protection et au maintien du cheptel apiaire.

 

En effet, l’avenir de l’apiculture professionnelle semble fortement compromis tant l’état de notre cheptel et de son environnement se dégrade.

 

LES OBJECTIFS PRIORITAIRES

* REPRESENTATIVITE de la  PROFESSION  et ORGANISATION de la FILIERE.

La Fédération Française des Apiculteurs Professionnels est investie dans :

  • Le Comité Apicole et ses groupes de travail
  • Le Comité Stratégique Apicole (CSA)
  • Bee Life (auparavant Coordination Apicole Européenne)

 

* DEFENSE de notre outil de travail : le CHEPTEL APICOLE.

Traitements systémiques, pulvérisation tous azimuts de pesticides en tout genre, multiplication des procédures de luttes obligatoires, menaces des cultures OGM, sont autant de graves attaques  contre notre cheptel et son environnement  qui nécessitent une réactivité  accrue de la profession. Nous travaillerons donc à la création d’une commission pesticides, épaulée de scientifiques et de juristes, qui devra fonctionner hors de toute compromission avec l’industrie agro-chimique et ses représentants.
Nous devons profiter de notre large implantation géographique pour recueillir et diffuser l’information à nos collègues.

LE FONCTIONNEMENT

La structuration fédérative nous permet de garder les spécificités des syndicats régionaux fondateurs, d’accueillir d’autres structures professionnelles régionales et départementales, tout en permettant l’adhésion individuelle.
Nous fonctionnons avec trois collèges :

  • Collège 1 : syndicats/groupements régionaux
  • Collège 2 : syndicats/groupements départementaux
  • Collège 3 : adhérents individuels.

Et ceci en toute indépendance syndicale,  vis à vis du syndicat agricole dominant, comme des instances gouvernementales de tutelle et du monde politique. Ce sujet n’est que rarement abordé par les différentes représentations de l’apiculture. On pourrait même le qualifier de tabou, tant il embarrasse les uns et les autres. Or il est temps de reconsidérer le fonctionnement du syndicalisme apicole français, trop souvent placé en situation de dépendance.
La diffusion d’un bulletin de liaison et la création d’un site internet,
nous permettent  de donner vie et corps à notre projet  syndical.
Les statuts sont déposés à Lyon (siège social : Agrapole  23 rue J. Baldassini 69364 Lyon Cedex 07). Ils sont disponibles sur demande auprès du secrétariat.

BUREAU

  • Porte-parole : Marie France Roux
  • Trésorière : Gaelle Brossier
 
Flux RSS de la FFAP